Plaies et diabète : prendre en charge et accélérer la guérison

Plaies et diabète : prendre en charge et accélérer la guérison

On sait maintenant que le diabète ralentit la cicatrisation des plaies, rendant le processus de guérison plus difficile que la normale.

En fait, chez les personnes atteintes de diabète, le processus de guérison normal des lésions cutanées est non seulement compromis, mais la guérison des tissus est également ralentie.

Cet état entraine en même temps une plus grande prédisposition au développement de plaies chroniques, telles que des lésions ulcéreuses des membres inférieurs, qui, à la suite de complications causées par de possibles infections, pourraient même conduire à une amputation.

Dans le diabète, ces phénomènes sembleraient être causés par des processus inflammatoires pouvant résulter de la modification de la capacité du corps à moduler la libération de cytokines, médiateurs fondamentaux de la communication intercellulaire et qui remplissent de multiples fonctions dans notre corps.

Si la migration des cellules affectées à la réparation tissulaire est ralentie ou interrompue, l’intervention cellulaire est entravée et, par conséquent, un déficit se produit déjà au niveau des toutes premières étapes du processus de réparation de la plaie.

Dans le même temps, on peut observer une microangiopathie diabétique dans laquelle on observe une obstruction partielle ou totale des vaisseaux sanguins, ce qui pourrait réduire la capacité de transporter l’oxygène par la circulation sanguine et, par conséquent, la réparation des tissus.

De plus, le phénomène d’épithélialisation, dans lequel la peau se régénère de la périphérie au centre de la lésion, peut être empêché du fait de l’absence de facteurs de croissance importants (par exemple, le facteur de croissance des kératinocytes) directement impliqué dans ce processus de « repousse » cutanée. .
Tous ces facteurs sont à la source d’une cicatrisation lente des plaies, ce qui peut prédisposer au développement d’infections: avec le diabète, celles-ci se manifestent à une fréquence jusqu’à 4 fois plus importante que lorsque cette affection n’est pas présente, probablement en raison de l’absence de réponse des neutrophiles, des globules blancs hautement spécialisés dans la défense contre les infections.

Comment soigner les plaies en cas de diabète?

Il faut se rappeler qu’en présence de diabète, notre corps est incapable de contrôler correctement le taux de glucose présent dans le sang. Comme le corps est incapable de métaboliser ce sucre, son taux sanguin augmente: une hyperglycémie survient. Cette maladie, en plus de provoquer à long terme les complications bien connues du diabète, peut compliquer la cicatrisation et le traitement des plaies.

Bien que des blessures puissent survenir sur tout le corps, voici quelques conseils sur la façon de traiter une plaie à la jambe d’une personne diabétique ou aux pieds, car ce sont les zones les plus facilement touchées.

Effectuer un contrôle régulier
Le suivi quotidien est le meilleur allié dans le traitement des plaies: il est utile à la fois pour détecter de nouvelles plaies mais aussi pour vérifier l’évolution de celles-ci .
L’examen des pieds, zone critique, doit être effectué avec soin, car des ulcères peuvent se développer dans cette zone.

Enlevez la peau sèche des plaies
Si vous remarquez des couches de peau sèche (ou « nécrotique ») sur votre corps, il est préférable de les enlever dès que possible et avec une extrême prudence: elles pourraient être liées à l’apparition de certaines infections, en raison des bactéries qui parviendraient à s’y installer.

Un médecin peut intervenir pour retirer ces tissus en excès ou pour permettre au patient de le faire par lui-même. Ne pas oublier que seul votre spécialiste habituel peut vous fournir les directives appropriées et vous indiquer les précautions à prendre. En voici néanmoins quelques-unes :

  • Mouiller une gaze avec de l’eau stérile.
  • Mettez la gaze sur la plaie et laissez-la pendant un certain temps.

Enlevez délicatement. Il est possible de voir comment la peau sèche de la plaie est piégée par le pansement lui-même.

Toujours utiliser un pansement propre et frais

Cet aspect est fondamental: le nettoyage fréquent de la plaie et le changement de gaze lorsque cela est nécessaire sont des pratiques importantes dans la prévention des infections possibles.

Ne pas appuyer sur la plaie avec des bandages

Lors de la pose du pansement, il est bon de vérifier que les bandages n’exercent pas une pression excessive sur les plaies, sinon ils pourraient endommager la peau et, par conséquent, aggraver l’état des lésions.

Pourquoi le diabète complique-t-il la cicatrisation?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les personnes atteintes de diabète ont un contrôle minutieux de leurs blessures et des soins spéciaux. Tout d’abord le fait que, dans le cas d’un diabète, la cicatrisation des plaies est un processus extrêmement lent.

Taux élevé de sucre dans le sang

C’est la raison principale pour laquelle les plaies guérissent lentement: plus le taux de glucose dans le sang est élevé, plus les processus inflammatoires peuvent s’accroître. De plus, l’hyperglycémie compromet l’activité normale du système immunitaire, ainsi que le métabolisme et l’état oxydatif normaux de nos cellules.

neuropathie

La neuropathie contribue au ralentissement du processus de cicatrisation de la plaie en présence de diabète. C’est une conséquence du taux élevé de sucre dans le sang et cela consiste en une atteinte des cellules nerveuses, ce qui entraîne une diminution ou un manque de sensibilité, raison pour laquelle il peut être plus difficile de remarquer une plaie pour les personnes atteintes de diabète, à moins de la voir de ses propres yeux !

Mauvaise circulation sanguine

En cas de diabète, on observe souvent une mauvaise circulation sanguine en raison de l’augmentation de la viscosité du sang due à un excès de glucose et au rétrécissement des vaisseaux sanguins périphériques. En conséquence, les globules rouges ne circulent pas normalement dans les vaisseaux sanguins, les tissus sont moins oxygénés et on observe un ralentissement de la cicatrisation.

Changements dans le système immunitaire

De nombreuses personnes atteintes de diabète ont un système immunitaire qui ne parvient pas à s’activer rapidement. De plus, les cellules responsables de la cicatrisation des plaies sont peu nombreuses et ne peuvent exercer efficacement leur activité. Tout cela se traduit par des retards dans le processus de guérison.

Infections

Un système immunitaire avec facultés affaiblies rend l’infection plus probable. En outre, plus le taux de sucre dans le sang est élevé, plus le risque d’infections est élevé: les champignons et les bactéries compliquent encore plus l’état des plaies des diabétiques et de leurs soins.

Devrais-je consulter un médecin si j’ai une blessure?

Nous avons précisé que le processus de guérison des lésions est plus lent en cas de diabète, mais en suivant les pratiques précédemment recommandées, il n’est peut-être pas nécessaire de consulter un médecin chaque fois qu’il y a une blessure mineure.

Cependant, même en sachant traiter une plaie, il est vivement recommandé de consulter votre médecin ou votre spécialiste habituel si vous présentez un des symptômes suivants:

  • Sensation de brûlure constante
  • Perte partielle de sensibilité
  • Douleur intense et persistante
  • Gonflement dans la zone touchée
  • Picotements

En conclusion, en suivant ces recommandations  et en prenant les précautions nécessaires, prévenir le développement d’infections contribuera à une meilleure et plus rapide guérison des plaies.

Découvrez également notre article sur la douleur neuropathique liée au diabète : symptômes et prise en charge.

Catégorie : Neuropathie, Pied diabétique, Type 1, Type 2, Ulcères,

Partager
Article liés

Thérapies pour les ulcères diabétiques

Ulcères diabétiques : comment favoriser la guérison

Ulcère diabétique : qu’est-ce, comment le prévenir et comment le traiter

Comment effectuer sa surveillance de la glycémie à l’aide de lancettes et sans douleur


Restez informé de toute l'actualité

cookie